Traitement acoustique des bureaux

Pour n'importe quel secteur d'activité : industrie, restauration, administration, salle de concert, etc., la prévention du bruit se déroule en 3 temps : l’évaluation des risques sonores, l'installation de systèmes isolants ou de produits absorbants et enfin le suivi des mesures en place sur la productivité de l'entreprise. Dans cet article, nous allons plus précisément nous intéresser à la réduction du bruit dans le secteur tertiaire et l'aménagement des espaces qui en découlent.

Avec l’arrivée des espaces de travail partagés, les questions de confort sonore et de bien-être dans les zones de travail se sont retrouvées au cœur des débats sur leur agencement. Lors de la conception, de la mise en œuvre ou de la réfection d'un bureau ou d’un espace partagé, il est impératif de prendre en compte les enjeux liés à la qualité du confort sonore des salariés. 


Voici le sommaire de cet article sur le sujet :

Évaluation des risques du bruit : étude acoustique des bureaux et open-spaces 

Avant de se lancer dans l’agencement ou la rénovation d’un bureau ou d’un open-space, il est indispensable de réaliser un audit phonique détaillé. Cette analyse va porter sur 2 types de problématiques : la confidentialité entre postes ou entre bureaux et le temps de réverbération (TR) de l'espace à traiter. Les mesures acoustiques doivent être prises par un ingénieur acousticien avec un sonomètre de classe 1. Ces mesures permettront d’analyser les problématiques d’isolation phonique, de résonance du son et de repérer les différents points faibles de chaque espace de travail en fonction de son utilisation et des besoins de ses occupants.

Dans les bureaux et particulièrement dans les open-spaces, les bruits parasites sont nombreux et peuvent être très désagréables : bruits d'équipements, sonneries de téléphones, voix des autres occupants du bureau collectif, etc. Bien qu'en général, les niveaux sonores des open-space (de 60 à 65 dB) ne présentent pas de risque direct pour le système auditif, il n'en reste pas moins vrai que la propagation de ces nuisances sonores perturbent les salariés pendant leur activité professionnelle. Les conséquences se ressentent à la fois sur leur productivité (baisse de concentration des collaborateurs et difficultés à communiquer dans le brouhaha) mais aussi sur leur santé (fatigue chronique et stress). 

Dans les environnements de travail dont le confort sonore est faible (temps de réverbération TR élevé, indice d'isolement faible entre les bureaux), le stress est omniprésent, aussi bien lorsque l'on essaye de rester "focus" sur son activité mais également lorsque l'on échange avec ses collaborateurs avec difficulté à cause d'une mauvaise intelligibilité. Pour toutes ces raisons, il est nécessaire de réaliser des mesures de temps de réverbération, de calculer l'indice d'intelligibilité STI et de mesurer le niveau sonore poste-à-poste.

2 types de solutions pour l'isolation phonique des bureaux 

Avec des produits isolants efficaces, le bruit peut être réduit entre les bureaux, entre les postes de travail  et le confort sonore de chacun peut être amélioré. Il existe deux types de solutions phoniques pour créer des zones de travail isolées :

Les solutions isolantes fixes : 

  • Isoler les cloisons et les murs existants : pour limiter les nuisances sonores entre espaces professionnels, il et possible des réaliser des cloisons phoniques . Ces cloisons ou contre-cloisons doivent être "toute hauteur" c'est à dire que le cloisonnement phonique doit se faire du sol jusqu'à la dalle de séparation du niveau supérieur.
  • Isoler les faux plafonds démontables : il existe des dalles de faux plafond très épaisse 40 mm ayant de bonne performances isolantes (isolation acoustique latérale Dn,f,w = 26). L'installation de ces dalles isolantes et absorbantes permet à la fois de renforcer l'isolement du plafond mais aussi de créer une surface absorbante importante pour limiter les réflexions sonores.
  • Isoler les sols : il est possible de créer des planchers isolants avec un "sandwich" de différents matériaux pour éviter la trabnsmission des vibrations entre étages surtout si les zones de travail sont réparties sur plusieurs niveaux.
  • Isoler les portes : pour insonoriser une salle d'accueil ou un espace de réunion, les portes isolantes présentent des performances de l'ordre de Rw 46 dB pour pouvoir réunir ses collaborateurs en toute confidentialité.

Les solutions mobiles ou démontables :

 Les cloisons isolantes mobiles et les cloisonnettes séparatives isolantes par exemple, sont des solutions décoratives et très performantes. Ces produits séparatifs agissent comme des "barrières phoniques" entre les postes dans le but de limiter la propagation du bruit entre les collaborateurs. Pour autant, il est obligatoire que la hauteur de ces produits isolants soit suffisante pour éviter les transmissions sonores vers la personne d'à côté ou d'en face. Pour cela, il faut que la hauteur de la cloisonnette séparative soit plus importante que celle des employés assis à leur poste. 

Un autre point très important dans le choix des produits à installer c'est de s'assurer qu'ils possèdent une âme pleine centrale qui va garantir leurs performances en isolementSans âme isolante intégrée à l'écran ou à la cloisonnette, les produits sont justes absorbants et ne permettent pas de s'isoler correctement.

Traitement de la réverbération avec des produits absorbants

Pour amortir les réflexions sonores sur les murs et les plafonds, des solutions comme les panneaux ISOPHONIC STD, les mousses acoustiques ou encore les rideaux absorbants translucides FORMACOUSTIC peuvent être pertinentes. La diminution de la résonance de votre espace professionnel est la clé pour limiter les niveaux de bruit et améliorer l'intelligibilité des échanges entre collaborateurs. En plus, ces produits créent des touches décoratives originales et "habillent" le design de l'espace de travail.

Principaux textes applicables 

Protection des travailleurs :

- Décret 2006-892 du 19 juillet 2006 relatif aux prescriptions de sécurité et de santé applicables en cas d’exposition des travailleurs aux risques dus au bruit et modifiant le code du travail (deuxième partie : décrets en Conseil d’Etat).

- Arrêté du 19 juillet 2006 pris pour l’application des articles R. 231-126, R. 231-128 et R. 231-129 du code du travail.

Environnement de travail :

- Décret 88-930 du 20 septembre 1988 relatif aux dispositions applicables aux opérations de construction dans l’intérêt de l’hygiène et de la sécurité.

- Arrêté du 30 août 1990 pris pour l’application de l’article R. 235-2-11 du code du travail et relatif à la correction de la résonance des locaux de travail.

Laissez-nous votre avis sur cet article !
5.00 of 5 - 1 votes
Thank you for rating this article.

1000 caractères restants


Contactez nous !

Pour une demande de devis ou obtenir des renseignements sur nos tarifs et nos produits, envoyez-nous un e-mail, nous y répondrons dans les plus brefs délais !
Entrez votre nom.

Prénom invalide.

Adresse email invalide.

Numéro de téléphone non valide.

Code postal non valide.

Indiquez nous la nature de votre projet.

Entrée non valide

Pas de message.

Validez le captcha.

Invalid Input

Veuillez valider le consentement à l'utilisation de vos données personnelles.

Notre catalogue PRO-ISOPHONY

CATALOGUE COMPLET

  • 1
  • 2
  • 3

Obtenir le catalogue produits

Pour plus de renseignements sur nos produits, téléchargez notre catalogue

TÉLÉCHARGER LE CATALOGUE

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visites